Episode #10 – Saint-Pierre-de-Frugie

 

Pendant et après les élections présidentielles et législatives, La Luciole part à la rencontre des acteurs du changement dans les zones rurales. Elle est allée balader son micro dans un petit village de Dordogne : Saint-Pierre de Frugie.

C’est l’histoire d’un petit village de 400 habitants, entre Limoges et Périgueux. Il y dix ans, Saint-Pierre de Frugie perdait désespérément des habitants. Aujourd’hui, l’engouement pour le village est sans précédent. On peut y croiser des Anglais ou des Canadiens à la recherche d’une maison à acheter ou d’un terrain à construire. Entre temps, Gilbert Chabaud, élu maire en 2008, a simplement fait un pari de taille : miser sur la transition écologique pour enrayer l’exode rural.

 

Nous avons déambulé dans le village pour découvrir ce qui séduit désormais tant à Saint-Pierre de Frugie. Nous vous proposons ainsi une immersion sonore dans le village, au rythme du récit de ce maire ambitieux.

« La cour de récréation, c’est un jardin où chaque enfant a son potager. »

Le village n’avait plus de commerce, il compte aujourd’hui une épicerie bio, tenue par Léa. On y trouve les produits des agriculteurs locaux. C’est le seul magasin bio à quelques trente kilomètres à la ronde.

Un bistrot a également ouvert ses portes, où s’attablent aussi bien les locaux que les touristes.

« Un village sans école, est un village sans âme », raconte Gilbert Chabaud. Et pourtant, à Saint-Pierre de Frugie, impossible de faire rouvrir l’école par l’éducation nationale. C’est donc une école Montessori qui s’est installée. Une école privée sur les bases d’une pédagogie alternative, également en lien avec la nature et les habitants. « La cour de récréation, c’est un jardin où chaque enfant a son petit coin de potager », se réjouit Céline, la directrice.

Pour l’entretien des espaces verts, comme pour celui des jardins pédagogiques, aucun pesticide n’est utilisé. Les agents communaux ont suivi un stage autour de l’écologie afin de pouvoir expliquer aux habitants leur façon de travailler.

« Je me dis que c’est possible, et transposable chez nous. »

De quoi séduire de nouveaux habitants, et en particulier de jeunes urbains désireux de se mettre au vert. Ainsi, Guillaume, sa compagne Iulia et leurs deux filles ont quitté Paris pour acheter une maison à restaurer dans les hauteurs du village. Ils espèrent, à terme, y créer un lieu de vie qui accueillerait des projets culturels et éducatifs.

Pour comprendre les ressorts de ce formidable engouement, des élus débarquent souvent à Saint-Pierre-de-Frugie, parfois par cars entiers. Daniel Gourlot, le maire de Villon, dans l’Yonne, a par exemple fait le déplacement. « En voyant cela, je me dis que c’est possible, et que tout ce qui se fait ici, est transposable chez nous », se réjouit-il.

Comme dans tous nos épisodes, nous n’oublions pas de nous intéresser aux artistes locaux. Nous avons rencontré le conteur Jean-Claude Jarry. Vous entendrez ses jolis mots en Français, mais aussi en occitan. Il nous a même réservé une petite chanson.

Belle écoute !

Publicités

Un commentaire sur « Episode #10 – Saint-Pierre-de-Frugie »

  1. J ai écouté ce reportage ce matin, au réveil, et la perspective de ma journee à venir en a été ensoleillée. Vraiment, quel beau projet,
    Quel courage de la part de ce Maire . Rien n a dû être facile. Félicitations
    Bravo à la l initiatrice de l école Montessori.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s