Episode #6 – TANGER

 

.

 

La Luciole est arrivée au Maroc ! Avant la COP22, à Marrakech, elle a fait étape à Tanger du 27 au 31 octobre, pour y rencontrer des acteurs du changement.

tanger-9
Des journées portes-ouvertes étaient organisées pour permettre aux curieux de visiter

Première étape : Le Rainbow Warrior de Greenpeace. Le célèbre bateau, troisième du nom, a fait étape à Tanger pour la première fois, …et en même temps que la Luciole. Impossible donc de ne pas aller faire un tour du côté du port de Tanger. Nous y avons rencontré des membres de Greenpeace, qui nous ont expliqué le fonctionnement de ce bateau « écolo ». Equipé en panneau solaire, le navire est conçu pour consommer le moins de fuel possible.

Avant la COP22, il a effectué une tournée en Méditerranée pour sensibiliser les populations de la région. Nous y avons également rencontré Mustapha Sidi Ben Salah, le président de l’Association des Enseignants de la Vie et de la Terre (AESVT), section Tanger. Il nous a expliqué son engagement auprès de Greenpeace, mais surtout dans sa ville, à Tanger. Nous avons donc eu envie d’en savoir plus…

 

« Il ne suffit pas de faire des efforts pour la COP22, il faut comprendre que c’est pour les générations futures »

aesvt-4

Pour notre deuxième étape, nous nous sommes donc rendues au Centre d’Education à l’environnement, là où travaillent Mustapha Sidi Ben Salah et ses collègues. L’objectif est de sensibiliser les populations de différents quartiers à plusieurs thématiques liées à l’environnement, telles que la santé, le recyclage, le compostage… L’association travaille beaucoup avec les écoles, collèges et lycées. Nous avons visité le centre, et pris conscience de la difficulté d’agir concrètement, au quotidien, lorsque les associations sont en avance sur les pouvoirs publics.

L’association organise le tri sélectif dans certains quartiers. Mais la municipalité ne suit pas.

Enfin nous vous proposons de découvrir de la musique devenue une institution au Maroc : la musique Gnaoua. Les Gnaouas sont en majorité des descendants d’esclaves originaires d’Afrique Noire, déportés vers le Maghreb dès le XVIe siècle. Leurs rites et leur musique sont apparentés au vaudou, à la santéria cubaine ou au candomblé brésilien. Les Gnaouas sont connus pour leurs rites thérapeutiques, au cours de cérémonie musicales et souvent nocturnes. Durant ces rituels, les « patients » entrent comme en transe.

Si les cérémonies Gnaoua perdurent, leur musique est aussi devenue une attraction touristique. Un festival de musique Gnaoua a également lieu tous les ans, à Essaouira.

Belle écoute !

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s